Mobilisation des habitant·es

Les objectifs du PCAEM ne pourront pas être atteints sans la participation active des habitants qui, par leurs choix de consommation et leurs comportements, ont un impact considérable sur l'environnement.

L'essentiel

La réussite de la transition environnementale et énergétique ne se fera pas sans les habitant·es : tous les acteurs doivent être mobilisés pour parvenir à atteindre les objectifs du PCAEM, qui impliquent des changements d’organisation et de comportement.

Pour embarquer chacun et chacune dans cet effort collectif, les communes, échelon public le plus proche des habitant·es, doivent les informer et les impliquer le plus possible.

Ce que prévoit le PCAEM

L’un des grands axes du Plan Climat Air Énergie métropolitain s’intitule « Mobilisons-nous collectivement pour le climat » : les habitant·es y ont un rôle primordial. C’est elles et eux qui, par leur façon de vivre, de se déplacer, de consommer ou de se chauffer, peuvent donner l’impulsion à tous les autres acteurs.

Au niveau métropolitain, la société civile sera partie prenante de la mise en œuvre du Plan Climat à travers un comité de suivi indépendant, réunissant associations, collectifs, représentant·es des quartiers et villages, etc. et qui aura pour rôle d’émettre un avis sur les réalisations effectuées. Un Forum citoyen du Plan Climat sera également organisé, permettant un débat avec les habitant·es sur la mise en œuvre du plan d’actions.
Enfin, le Budget participatif métropolitain permettra à tous les citoyens et citoyennes de déposer des idées de projets sur des thématiques environnementales.

Cette mobilisation du grand public ne pourra pas se faire sans les communes, qui devront agir à trois niveaux :

  • Sensibiliser aux questions environnementales et enjeux territoriaux liés au réchauffement climatique
  • Rendre les habitant·es acteurs de la mise en œuvre de leurs plans d’actions
  • Encourager et donner l’information nécessaire pour le passage à l’action

Sensibiliser les habitant·es

Aujourd’hui, le « bruit de fond » sur le changement climatique et les questions environnementales est bien présent. Mais un certain nombre d'habitant·es ne dispose pas encore des éléments de compréhension nécessaires pour saisir tous les enjeux et leur rôle sur ces questions. Par ailleurs, changement climatique, pollutions et perte de biodiversité ont un impact particulier dans notre territoire qu’il est nécessaire de souligner.  

Cette sensibilisation peut passer par l’organisation d’événements spécifiques (conférences, ciné-débats…) ou par la communication sur ces sujets lors d’autres événements (forum des associations, fête de village…). Elle peut également passer par un plan de communication sur ces thématiques, notamment sur les gestes écoresponsables.

Enfin, la sensibilisation passe par les plus jeunes : la Métropole propose nombre de projets pédagogiques en lien avec les thématiques environnementales que les communes peuvent relayer auprès des enseignant·es. Des projets d’éducation à l’environnement peuvent aussi être organisés lors des temps périscolaires.

Rendre les citoyen·nes acteurs du Plan climat

Les habitant·es s’empareront d’autant plus des actions mises en œuvre qu’ils et elles auront été impliqué·es dans leur élaboration puis leur suivi. Pourquoi ne pas élaborer votre plan d’actions en concertation ou grâce à un dispositif participatif ? Les habitant·es peuvent également mettre la main à la pâte : aider à planter des arbres, à nettoyer un parc…

Les instances participatives pourront également être parties prenantes : il peut être intéressant de réunir régulièrement un conseil d’habitant·es ou un conseil municipal des jeunes pour émettre un avis sur les actions mises en œuvre.

La Métropole prévoit la mise en place d’un Budget participatif métropolitain dans le cadre du Plan climat. En plus d’être sollicitées pour la conception de ce projet, les communes auront un rôle fondamental de relais de ce budget participatif auprès des habitant·es, puis d'accompagnement pour que les projets déposés correspondent aux réalités de terrain.

Accompagner le passage à l’action

Mobiliser les habitant·es, c’est aussi leur permettre de passer individuellement à l’action. Les communes, échelon le plus proche des habitant·es, ont donc un rôle fondamental de transmission d’informations et de conseil.

D’abord en relayant simplement les dispositifs financiers (Mur|Mur, Prime Air Bois, Aide Zéro Fioul…) mais aussi de conseils (Espace Info Energie, agence Mobilités…) existants. En parler dans les journaux communaux, sur le site Internet de la ville ou en mettant à disposition des flyers dans des lieux stratégiques : ces actions simples sont essentielles pour l’efficacité des dispositifs.

Les communes peuvent aussi accueillir des animations en lien avec les thématiques du Plan Climat. L’ALEC propose par exemple des ateliers pour apprendre à dépenser moins d’énergie, à fabriquer des produits ménagers ou des cosmétiques, etc. La Métropole propose, elle, des ateliers d’apprentissage du compostage ou du jardinage zéro déchet… N’hésitez pas à contacter les structures concernées pour organiser un atelier dans votre commune.

Les conseillers·ères du service Espace Info Energie de l’ALEC font régulièrement des permanences dans plusieurs communes de la métropole pour informer les habitant·es sur les moyens d’économiser l’énergie, prêter du matériel de mesure et informer sur les dispositifs existants.

Enfin, il existe sans doute dans votre commune ou celles à proximité des structures organisant des services permettant aux habitant·es de réduire leur impact sur l’environnement : AMAP, panier de producteurs·trices, repair café, jardin partagé, ressourcerie… Il peut être intéressant de recenser ces initiatives afin d’offrir à vos habitant·es une information facile d’accès et complète.

Les bonnes pratiques

Seyssins et Seyssinet-Pariset : concertation autour du PAT

Seyssinet
Pour concevoir leur Plan agricole et alimentaire territorial (PAT), les communes de Seyssins et Seyssinet-Pariset ont largement impliqué leurs habitant·es. La démarche ayant été validée politiquement fin 2017, elles ont d’abord consacré les six premiers mois de 2018 à mener une enquête auprès des acteurs socio-professionnels pour connaître leurs attentes et leurs contraintes. A partir de mai 2018, des temps de concertation et des événements ont été organisés pour recueillir la parole des habitant·es, pendant que, dans le même temps, un diagnostic sur leurs habitudes alimentaires était réalisé. Le Forum des acteurs et des habitant·es, organisé fin 2018, a marqué un temps fort de cette concertation, permettant de poursuivre la dynamique, de recueillir des pistes d’actions et de favoriser la rencontre entre consommateurs·trices et producteurs·trices. Il a été suivi de 4 ateliers participatifs thématiques pendant lesquels les habitant·es ont été invités à réfléchir en petits groupes autour de fiches actions.  Au final, lorsque les 35 actions du PAT ont été votées en conseil municipal en décembre 2019, près de 400 personnes avaient été impliquées dans ce processus qui a duré 2 ans. Un bon départ à deux communes, beaucoup d'actions restant à mener à différentes échelles spatiales et temporelles.

Contact à Seyssinet-Pariset : Fanny Crouzet, service développement durable - f.crouzet@seyssinet-pariset.fr


Contact à Seyssins : Maud Simonet, service environnement et développement durable - maud.simonet@mairie-seyssins.fr

Mise à jour août 2020

Grenoble : le budget participatif a six ans

Depuis 2015, la commune a mis en place un budget participatif. Chaque année, une centaine de projets est proposée par des habitant·es, collectifs et associations. Ils et elles ont un mois pour proposer leur idée, en ligne ou en se rendant dans une maison des habitant·es. S'ensuit un forum des idées, au cours duquel une trentaine de projets est pré-sélectionnée par les grenoblois·es participant·es. Pour faire connaître les projets sélectionnés, des expositions et des temps de rencontres, en présence des porteurs·euses de projets, sont organisés. Ces projets sont ensuite soumis au vote : les résident·es grenoblois·es de plus de 16 ans, les personnes inscrites sur les listes électorales de la ville ou celles payant leurs impôts locaux à Grenoble peuvent voter. Le vote se déroule soit dans les maisons des habitant·es ou à l'hôtel de ville durant une semaine, soit en ligne durant cinq semaines. Sitôt les projets lauréats connus, les chantiers peuvent commencer. Des équipes constituées des services et des habitant·es sont mises en place. Quelques mois sont nécessaires pour préciser les projets puis les lancer et les mettre en œuvre. La commune a élaboré un guide de la porteuse et du porteur de projet et un règlement annuel. L'avancée de chaque projet est visible sur le site de Grenoble.

Contact à Grenoble : Boris Kolytcheff, chef de projets démocratie locale - boris.kolytcheff@grenoble.fr

Mise à jour août 2020

Saint-Égrève : à l'écoute de ses habitant·es

Saint-Égrève
La commune a déployé un panel d'outils pour informer et impliquer ses habitant·es. Un Conseil des habitant·es a été créé afin de travailler sur les solutions du quotidien et les projets de demain. Pour alimenter la démocratie représentative, ont également été mis en place : une permanence du Maire et des élu·es, une adjointe à la démocratie participative et à la proximité et six conseillers·ères municipaux de proximité. Pour financer les projets des citoyen·nes, un budget participatif a vu le jour il y a trois ans : 45 000€ ont été débloqués pour l'année 2019. Les projets proposés au vote sont hiérarchisés en amont par le Conseil des habitant·es.

Contact à Saint-Égrève : Fabien Scarabelli, Chargé de mission développement durable et participation - fabien.scarabelli@mairie-st-egreve.fr  

Mise à jour août 2020

Meylan : Défi des écoles à énergie positive

La commune de Meylan a encouragé ses écoles à participer au Défi des écoles à énergie positive, programme d'éducation à l'environnement proposé par Grenoble Alpes Métropole et la SPL ALEC pour sensibiliser les citoyens de demain et faire d'eux des acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique.
En 2020-2021, 6 classes de CM1 et CM2, soit 153 élèves meylanais, ont bénéficié dans ce cadre d'un accompagnement pour réduire les consommations énergétiques de leur bâtiment scolaire, et d'interventions pédagogiques pour appréhender les enjeux du développement durable.
Les services communaux se sont engagés aux côtés des enseignants participant à cette démarche, en intervenant auprès d'eux pour présenter les caractéristiques techniques de leur écoles, et les consommations énergétiques liées à leur fonctionnement. Ensemble, ils ont notamment construit un plan d'actions pour l'école à mettre en œuvre avec les élèves, et organisé des visites pédagogiques de la chaufferie.


Vidéo réalisée par les enfants de la classe de CM1 de l'école des Béalières à Meylan pour sensibiliser leur entourage

Contact / inscriptions au Défi des écoles à énergie positive : Cyril Berno, SPL ALEC 04 58 17 03 90 / cyril.berno@alec-grenoble.org

Mise à jour septembre 2021

Les ressources