Espaces verts

Les espaces verts communaux font face à de nombreux enjeux comme la préservation de la biodiversité et de la ressource en eau, la gestion des déchets verts…

L'essentiel

Les principaux enjeux en lien avec les espaces verts (parcs, cimetières, terrains de sport, voiries…) sont :

La préservation de la biodiversité

Au niveau mondial, 145 expert·es de 50 pays ont, en 2019, poussé un cri d’alarme face au « dangereux déclin de la nature », soulignant un taux d’extinction des espèces à un niveau « sans précédent » et qui s’accélère. Le bilan 2019 de l’Observatoire national de la biodiversité montre que la France n’est pas épargnée par cette érosion de la biodiversité.

Le développement des espaces verts en ville et les bonnes pratiques d’entretien sont une réponse adaptée et bien identifiée comme contribuant à la préservation d’espaces disponibles pour la nature et au maintien de continuités écologiques indispensables à la préservation de la flore et de la faune.

L’artificialisation de l’espace

Le rétablissement de la végétation en ville peut aider à limiter les conséquences négatives de l’urbanisation croissante de l’espace, dont la perte de biodiversité.

Les produits phytosanitaires

Les effets de ces produits sur la santé humaine sont avérés, tant pour les professionnel·les qui les épandent que pour les populations plus ou moins proches des espaces traités.

Les impacts environnementaux sont également bien mis en évidence par la persistance de la pollution de l’eau et des milieux aquatiques à un niveau préoccupant, et par la contamination de l’air et des sols, tant en milieu rural qu’urbain. 92 % des cours d'eau français surveillés sont pollués aux pesticides.

Contrairement à la consommation de produits phytosanitaires en usage agricole qui a augmenté de 25 % en 2016-2018 (par rapport à la période de référence 2009-2011), celle en usage non agricole (jardins, espaces verts et infrastructures - JEVI) a diminué de 54 % sur la même période. Les produits les plus utilisés dans les JEVI sont les herbicides (66 %), loin devant les insecticides et acaricides (11 %) et les fongicides (6 %).

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités territoriales, les établissements publics et l’État ne peuvent plus utiliser ou faire utiliser de produits phytosanitaires de synthèse pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé. Les terrains de sport, cimetières et certaines voiries sont exemptés de cette interdiction jusqu'en 2022 pour les deux premiers. Toutes les informations sur cette réglementation dans le Guide des solutions - Ma commune sans pesticide (pages 35 à 45), Agence Française de la Biodiversité, 2018.

La santé, le bien-être, le cadre de vie

Les espaces verts offrent des possibilités de se promener, de faire de l’exercice, de jouer, de se reposer dans des lieux apaisés, éloignés de la circulation et du bruit, dans des espaces moins pollués. Ils sont aussi nécessaires pour lutter contre les phénomènes d’îlots de chaleur urbains lors des phases de canicules. Voir la page Végétalisation pour en savoir plus.

Concernant la santé, les allergies aux pollens sont un problème sanitaire important à prendre en compte dans la gestion des espaces verts. On constate que 45% des arbres plantés en ville sont allergisants : les cyprès, les bouleaux, les charmes, les saules, les frênes et les platanes, ainsi que les graminées. À l’inverse, les catalpas, les ginkgos et les merisiers ne le sont pas.

Comment gérer durablement un espace vert ?

La gestion différenciée

Cela consiste à gérer les espaces en fonction de leur usage et en conséquence à ne pas appliquer à tous les espaces la même intensité ni la même nature de soins, en tenant compte de la biodiversité et du milieu naturel. Le choix des plantes est un aspect important de la gestion différenciée des espaces verts : plantes à croissance lente pour limiter la quantité de déchets végétaux, etc. Il convient également d’éviter les plantes envahissantes et allergisantes. Pour sensibiliser les habitant·es à ces changements, l’association Gentiana a mis en place un observatoire de la flore urbaine « Sauvages de ma Métro », adapté du programme national « Sauvages de ma rue ».

Favoriser la biodiversité

De nombreuses solutions permettent un retour ou un maintien de la biodiversité dans les espaces verts communaux : laisser des espaces au naturel, mettre en place des prairies fleuries, aménager des espaces dédiés à la biodiversité (nichoirs, passages à faune, bois morts, lisières, abris, mares, haies…). Plus d’informations dans le guide « Gérer les espaces verts en faveur de la biodiversité », Noé, 2011 ou le guide « Prairies fleuries et pollinisateurs sauvages », Noé, 2015.

Le désherbage et la gestion des déchets verts

Le plan de gestion différenciée est un bon support pour optimiser le désherbage des espaces verts. Des techniques alternatives comme les méthodes thermiques (infrarouge, flamme directe, vapeur, eau chaude, mousse chaude) ou encore les méthodes mécaniques (binette, brosse rotative, balayeuse...) existent et peuvent être mises en place. Plus d’informations dans le guide « Ma commune sans pesticides – le guide des solutions », Ministère de la transition écologique et solidaire, octobre 2018.

Une gestion des déchets verts sur place est à privilégier. Ceux-ci peuvent être compostés afin de servir ensuite d’engrais naturel, ou broyés afin de servir en paillage. Pour le gazon, la technique du mulching évite la production de déchets de tontes. L’éco-pâturage est aussi une solution possible pour l’entretien des espaces verts. Le choix d’espèces à croissance lente permettra de réduire la fréquence et/ou l’ampleur des tailles. Grenoble-Alpes Métropole propose, par ailleurs, une formation sur la réduction des déchets en espaces verts à l’attention des communes.

La gestion de l’eau

De nombreuses solutions existent pour préserver la ressource en eau : récupération de l’eau de pluie, choix de plantes économes en eau et adaptées à la nature du sol, paillage, système d’arrosage économe…

L’adaptation de l’éclairage public

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Éclairage public.

Les bonnes pratiques

Grenoble : plan de gestion naturelle des espaces verts

Grenoble
La commune a élaboré un plan de gestion différenciée comprenant quatre classes de gestion, de la plus exigeante à la plus sauvage (ornementale, classique, semi-naturelle, naturelle). Depuis 2008, elle n’utilise plus aucun produit chimique pour la gestion de ses espaces verts, y compris dans les cimetières. Elle applique une gestion naturelle des espaces verts (coupes moins fréquentes, fauche…) tout en conservant des espaces dédiés aux usages des habitant·es. Elle s’est spécialisée dans la protection biologique qui fait appel à des auxiliaires de culture, notamment au niveau du site de production de plants. Elle met également en place de l’éco-pâturage sur son site de la Bastille et le parc des Champs Élysées, participe au protocole national de suivi des papillons de jour (Propage), broie ses déchets verts et dispose de plusieurs plateformes de compostage des déchets verts. Elle dispose d’un plan de gestion des espèces exotiques envahissantes (Ailante, Ambroisie, Buddleia, Raisin d’Amérique, Renouée et Vigne vierge) avec des sites ciblés prioritairement. Plus d’informations sur le site de Grenoble et dans les bonnes pratiques de la page Biodiversité.

Contact à Grenoble : Service espaces verts - espace.vert@grenoble.fr

Eybens : gestion durable des espaces verts et préservation de la biodiversité

Eybens
La commune dispose d’un plan de gestion différenciée de ses espaces verts. Elle pratique une tonte raisonnée qui consiste à effectuer différentes hauteurs de coupe dans un même espace vert. Dans le cadre de la Trame Verte et Bleue (voir la page Biodiversité, espaces naturels et agricoles), elle a implanté environ 300 mètres de haies afin de favoriser la circulation et le passage de la faune de l'Espace nature vers le parc des Ruires et vers les autres espaces naturels de la commune. Dans ce même parc, une structure en bois a été construite au bord de la mare afin de limiter le piétinement de la faune et de la flore par les visiteurs·euses. Il y a le projet d'installer des nichoirs à l'Espace nature avec une participation des habitant·es. La commune n’utilise plus de produit phytosanitaire de synthèse depuis une dizaine d’années et met également en œuvre l’éco-pâturage. Plus d’information sur le site d’Eybens. Une partie de ces actions font l'objet d'un soutien de l'Union européenne - programme opérationnel FEDER/FSE Rhône-Alpes 2014-2020.

Contact à Eybens : Muriel Aldebert, Chargée de mission nature en ville - muriel.aldebert@eybens.fr

Les ressources

Produits phytosanitaires, techniques de biocontrôle