Éclairage public

L'éclairage public a non seulement un poids considérable sur les finances d'une commune, mais il est également source de pollution nocturne, perturbant la biodiversité. Il existe pourtant des moyens simples et accessibles pour diminuer son impact.

L’essentiel

Les enjeux de l’éclairage sont à la fois sociaux, environnementaux et économiques : sécurité des personnes et des biens ; maîtrise de la consommation d’énergie ; diminution des nuisances lumineuses causant une pollution du ciel nocturne et ayant un impact sur la biodiversité ; collecte et recyclage du matériel usagé.

Consommations d’énergie

En France, l’énergie consommée par l’éclairage public représente :

  • 41 % des consommations d’électricité des collectivités territoriales ;
  • 16 % de leurs consommations toutes énergies confondues.

La mission de Conseil en Énergie Partagé qu’exerce la SPL ALEC pour 27 communes de moins de 8 000 habitant·es a montré que la consommation énergétique moyenne par habitant·e a diminué entre 2005 et 2018, notamment grâce aux efforts réalisés par les communes sur l’éclairage public (– 2,5 % / an). Ces résultats traduisent les efforts des communes en matière d'économies d'énergie (extinction nocturne de l'éclairage public...) mais aussi les progrès technologiques (LED pour l'éclairage public).

Impact sur la biodiversité

La lumière influence les rythmes naturels de la faune et la flore. Ainsi, l’éclairage public nocturne n’est pas sans effet sur la biodiversité. Il vient perturber l'horloge interne des animaux, voire leur écosystème. Par ailleurs, l’évitement par la faune des zones éclairées conduit à des ruptures de continuités écologiques.

Concrètement, de nombreux insectes sont littéralement piégés par les lumières artificielles au point de mourir d’épuisement quand ils ne sont pas grillés au contact de la chaleur. Or ils jouent un rôle important dans la chaîne alimentaire et comme pollinisateurs. Les oiseaux migrateurs, qui volent de nuit sur de grandes distances en s’orientant grâce aux champs magnétiques et aux étoiles, sont désorientés par les halos lumineux.

À l’échelle métropolitaine

Un Schéma Directeur d’Aménagement Lumière (SDAL) métropolitain a été adopté en février 2020. Il définit des règles d’aménagement lumineux et des orientations pour réduire significativement les consommations énergétiques ainsi que la pollution lumineuse sur l’ensemble du territoire, avec une attention particulière aux espaces naturels, agricoles et forestiers. Une charte d’application volontaire est ainsi proposée aux communes afin de décliner localement une feuille de route de modernisation cohérente avec les orientations du SDAL.

La bonne manière d’éclairer ne consiste pas à appliquer la puissance maximale mais plutôt à adapter l’intensité lumineuse en fonction de la typographie du territoire et de ses usages. L’esquisse d’ambiance lumineuse va de pair avec la définition d’exigences photométriques ajustées.

Les solutions

Diminuer les consommations d'énergie

La maîtrise de l’éclairage public est une source importante de réduction des consommations électriques.

La vétusté des installations est la principale cause de surconsommation. Sur les 66 500 points lumineux du territoire métropolitain, plus de la moitié est en état moyen, en fin de vie ou non conforme. Seulement 17 % des éclairages sont à LED.

Pour économiser de l’énergie, il est donc possible :

  • d'effectuer un suivi régulier des consommations
  • de revoir le besoin en éclairage
  • de jouer sur la temporalité de l’éclairage
  • de remplacer les équipements par de plus performants.

Limiter la pollution lumineuse

Afin de diminuer l’impact de l’éclairage artificiel sur la faune et la flore, il est possible de jouer sur trois leviers, à adapter en fonction de la typologie de territoire de la commune :

  • ne pas étendre, voire réduire, les zones éclairées pour les limiter au nécessaire
  • réduire les niveaux d’éclairage dans les zones urbaines et diminuer systématiquement les températures de couleur quel que soit le secteur
  • éteindre en cœur de nuit, maximiser les plages horaires d’extinction et de diminution de puissance.

Les bonnes pratiques

Claix : opération test « le mois de la nuit »

Bruno Lavit

En octobre 2020, en partenariat avec GreenAlp, la température de couleur des luminaires dans un secteur donné a été modifiée et une extinction nocturne a été mise en place. Une variation progressive des températures de couleur a été mise en œuvre, allant de 2700 K pour une voirie en agglomération à 1800 K dans une zone hors voirie correspondant à un jardin public. Dans cette trame verte, un abaissement de la puissance des lampes est effectif dès 21h, jusqu’à l’extinction à 23h dans certaines zones. Sur la zone péri-urbaine de la commune, équipée en technologie LED, un abaissement progressif de l’éclairage dès 21h conduit à l’extinction à 23h. Quel est l’objectif poursuivi ? Réduire les impacts sur la faune et la flore et améliorer le sommeil des riverain·es via une réduction des perturbations du rythme biologique. Deux associations naturalistes sont associées à l’expérimentation, LPO isère et Athena Lum. Une communication a été effectuée en direction des habitant·es : article dans le journal communal, panneaux informatifs sur les candélabres, point presse, court-métrage sur les réseaux sociaux, courriers aux riverain·es impactés, exposition temporaire proposée aux écoles. Un bilan sera réalisé suite à cette opération test afin d’envisager ou non sa poursuite.

Contact à Claix : Julien Perrier, service environnement et risques - julien.perrier@ville-claix.fr

Seyssins : extinction de l'éclairage public de nuit

Seyssins
L’extinction totale de l’éclairage public sur la commune en cœur de nuit (entre 1h45 et 4h45) a été expérimentée par la commune de juillet à décembre 2018 avant d'être définitivement adoptée par le conseil municipal. La commune a veillé à adapter l’éclairage public aux usages des administré·es et aux activités : les horaires d’extinction ont été fixés de manière à préserver le fonctionnement des services publics de transport en commun en dernier service, à 1h, et en ouverture, à 5h. Les dépenses liées au patrimoine communal en matière d’éclairage public ont diminué de 8,7 % entre 2017 et 2018. Les résultats de l'expérimentation montrent qu'il n'y a eu aucune incidence sur la sécurité publique. La vitesse des véhicules motorisés a même tendance à diminuer. Plus d'informations sur le site de Seyssins.

Contact à Seyssins : Maud Simonet, Chargée de missions, Service environnement et développement durable - maud.simonet@mairie-seyssins.fr

Seyssinet-Pariset : sortie nature sur la pollution lumineuse

Le samedi 12 octobre 2019, la commune a organisé une sortie à la tombée du jour à l’occasion de l’événement « le Jour de la Nuit ». Les habitant·es avaient rendez-vous à 18h30 au parc Karl Marx pour un échange sur les conséquences de la pollution lumineuse sur la biodiversité, suivi d’une balade en forêt. Cette animation a été menée en partenariat avec les associations Amitiés Nature Fontaine et la Ligue de Protection des Oiseaux.

Contact à Seyssinet-Pariset : Fanny Crouzet, service développement durable - f.crouzet@seyssinet-pariset.fr