La lettre de l'observatoire du Plan Climat vient de sortir !

La lettre de l'observatoire du Plan Climat vient de sortir !
La lettre de l'observatoire du Plan Climat vient de sortir ! : GAM
Observation

Quelles évolutions des émissions de gaz à effet de serre et des consommations d'énergie sur la métropole ? Quelle répartition par secteur ? Découvrez les principaux chiffres et évolutions des politiques climatiques menées sur le territoire ces dernières années.

Un observatoire pour évaluer les politiques énergétiques et climatiques du territoire

Face à la nécessité d’agir rapidement et efficacement pour lutter contre le changement climatique et améliorer la qualité de l’air, il est devenu incontournable de disposer de données fiables permettant d’éclairer la conduite des actions et la prise de décision, que
l’on soit un acteur public, privé ou un simple citoyen.

Le suivi des émissions de gaz à effet de serre occupe en conséquence une place centrale dans les discussions menées à toutes les échelles territoriales (renouvellement des contributions déterminées à l’échelle nationale à l’occasion de la COP 26 à Glasgow, adoption de nouveaux objectifs de réduction des émissions par l’Union Européenne, Stratégie nationale bas carbone...).
A l’échelle de la Métropole, l’observatoire du Plan Climat Air Energie est essentiel : il permet à la fois de dresser un état des lieux objectif de la situation en termes d’émissions et de polluants atmosphériques et d’évaluer leur impact et la progression vers les objectifs fixés
dans le Plan Climat Air Energie métropolitain 2020-2030.

La plupart des résultats présentés dans cette publication concernent l’année 2019, dernière année « normale » avant le début de la crise sanitaire de 2020 et la crise énergétique actuelle. Un premier éclairage est toutefois apporté sur l’évolution des émissions en 2020, année fortement marquée par la pandémie et les modifications importantes des pratiques de déplacements, de fonctionnement des entreprises, de présence dans les habitations, de modes de consommations, etc. qui en ont découlé.

La nouveauté : un travail de reconstitution des émissions territoriales en 1990

L’observatoire fait en outre l’objet d’une amélioration continue, tant sur le plan méthodologique que sur celui de la qualité des données traitées. A ce titre, un travail de reconstitution des émissions territoriales en 1990, année de référence retenue dans les engagements
internationaux, européens et nationaux, a été réalisé dans le cadre de cette nouvelle édition.

Téléchargez la dernière lettre de l'Observatoire - Juin 2022

Les principaux chiffres-clés

  • En 2019, les émissions de GES ont été estimées à 1763 teqCO2, soit 33 % de moins qu’en 2005. La trajectoire actuelle est cohérente avec l'objectif de - 50 % en 2030.
  • En 2019, le territoire a consommé 10,9 TWh d’énergie, dont 36 % d’électricité. Les énergies fossiles restent majoritaires dans le mix énergétique du territoire (53%). La baisse observée depuis 2005 est importante (-17% après correction de la rigueur climatique), mais le rythme semble insuffisant pour atteindre les objectifs du Plan Climat.
  • À partir des ressources locales - principalement la biomasse et l’hydraulique- la production d’énergies renouvelables et de récupération s’élève en 2019 à 2,2 TWh, couvrant ainsi 20 % de la consommation d’énergie totale du territoire (taux identique à la moyenne nationale) : l’objectif 2020 est donc atteint.
  • Évolution des émissions GES 2005-2019 : -33 % (Objectif 2030 : -50 %)
  • Évolution des consommations d'énergie 2005-2019 : - 17% (Objectif 2030 : -40 %)

Une synthèse sera communiquée début septembre.